Le taux variable envisagé, le taux fixe plébiscité

18 juillet 2014
By

taux-immoPrès de 85% des prêts immobiliers accordés par les banques sont à taux fixes. Les acheteurs sont rassurés par leur stabilité et la sécurité qu’ils procurent. Pourtant, le comité de Bâle émet l’hypothèse de favoriser le taux variable pour ce type d’emprunt… La réaction des banques ne s’est pas fait attendre.

Taux fixe, taux variable… Quelles différences ?

Avant toute chose, il convient de rappeler qu’il existe deux types de taux d’intérêts : le taux variable et le taux fixe.
Le taux variable, généralement plus faible que le taux fixe au départ, suit l’évolution d’un indice de référence. Il permet donc de profiter d’une éventuelle baisse des taux, mais il peut aussi remonter et c’est l’emprunteur qui en subit les conséquences. Il peut être capé, c’est-à-dire qu’il ne peut dépasser un plafond prédéfini lors de la signature du contrat. Cela protège l’emprunteur en cas de forte hausse.
Le taux fixe est d’avantage plébiscité (il concerne 85% des crédits) car, comme son nom l’indique, il ne bouge pas. Sa stabilité rassure les acheteurs, en particulier les primo-accédants qui savent à quoi s’en tenir pendant toute la durée du prêt. Il est synonyme de sécurité avant toute chose et est particulièrement approprié aux emprunts longue durée.

Le taux fixe est-il menacé ?

Le taux fixe, qui fait les beaux jours des banques, serait-il menacé ? C’est en effet la question que se posent en ce moment les médias et les professionnels du secteur bancaire.
Chargé de la supervision bancaire internationale, le comité de Bâle souhaiterait favoriser le taux variable en maitrisant d’avantage le marché immobilier.
Comment s’y prendre d’après lui ? En modifiant « la façon dont les banques gèrent les risques liés à la variation des taux d’intérêt » comme l’explique le site L’Expansion. En clair, le comité de Bâle pourrait imposer aux banques de faire des réserves plus importantes pour faire face aux variations de taux.
Conséquence : un crédit plus couteux pour l’emprunteur mais une aubaine pour les banques qui sont à la peine avec les taux actuels historiquement bas.

Les banques réagissent

Toutefois, les banques françaises, allemandes, japonaises et belges tirent la sonnette d’alarme concernant ces éventuelles mesures. Elles n’ont pas hésité à écrire une lettre d’alerte au comité de Bâle, en expliquant que cela « [met] en danger la capacité des banques à octroyer des crédits immobiliers à taux fixe, alors que cette pratique a été une source de résilience pour les banques au cours de la dernière crise ».
Autre mise en garde : L’expansion/L’express explique qu’il y aura davantage de risques d’impayés et donc des banques dans l’obligation de se prémunir en se déchargeant du risque de taux sur leurs clients.
Mais il y a finalement peu de chance que les mesures évoquées par le comité de Bâle se concrétisent. Le taux fixe est plus que jamais nécessaire à l’équilibre des banques et de la bulle économique immobilière. De plus, les taux d’intérêt, même les fixes, sont excessivement bas ces derniers mois et incitent plus que jamais à investir dans la pierre… ce que les gens font ! Prix du marché en baisse, taux bas… les opportunités sont réelles et les conditions pour acheter sont particulièrement avantageuses… On vous la déjà dit mais on le répète… c’est le moment d’acheter !

Tags: , , , , ,

Laisser un commentaire